Pour célébrer le centenaire de la mobilisation générale des troupes pour la guerre 14-18, ce 1er août 2014, la ville d’Arras fera sonner le tocsin du Beffroi, à 16h. Ce moment de recueillement et de souvenir sera suivi d’un concert de carillon d’une dizaine de minutes.

" />
 
Illustration Illustration Illustration Illustration
Accueil > Commémoration du centenaire de la mobilisation générale le 1er août 2014Imprimer

Commémoration du centenaire de la mobilisation générale le 1er août 2014

Pour célébrer le centenaire de la mobilisation générale des troupes pour la guerre 14-18, ce 1er août 2014, la ville d’Arras fera sonner le tocsin du Beffroi, à 16h. Ce moment de recueillement et de souvenir sera suivi d’un concert de carillon d’une dizaine de minutes.

Commémoration du centenaire de la mobilisation générale le 1er août 2014

Pour célébrer le centenaire de la mobilisation générale des troupes pour la guerre 14-18, ce 1er août 2014, la ville d’Arras fera sonner le tocsin du Beffroi, à 16h. Ce moment de recueillement et de souvenir sera suivi d’un concert de carillon d’une dizaine de minutes.

Rappel historique : Une mobilisation générale effective en deux jours

Le 1er août 1914, autour de seize heures, le gouvernement diffuse l’ordre aux autorités compétentes chargées de le faire connaître à la population.

Les communes procèdent alors à l’affichage de l’ordre de mobilisation qui a été télégraphié depuis Paris aux préfectures. Maires, gendarmes, et garde-champêtres assurent la diffusion de la nouvelle, reçue avec stupeur. Le tocsin permet d’alerter des populations souvent dispersées dans les champs en pleine période de moisson. Après avoir pris connaissance de l’ordre de mobilisation, tous les hommes âgés de 20 à 38 ans déclarés « bon pour le service » par le conseil de révision entrent chez eux pour consulter leur livret militaire, qui donne les indications à suivre en cas de mobilisation et notamment le lieu de regroupement de leurs régiments. La mobilisation est effective dès le lendemain, dimanche 2 août, mais les départs sont échelonnés afin d’éviter l’encombrement des routes et des voies de chemin de fer. Près de 3.800.000 Français sont ainsi mobilisés en l’espace de quelques jours.

Le dimanche 3 août, à 18h45, l’ambassadeur d’Allemagne en France, le comte Von Schoen remet à René Viviani, Président du Conseil, une lettre faisant état d’attaques de chemins de fer allemands par des aviateurs français, en conséquence de quoi « l’Empire allemand se considère en état de guerre avec la France du fait de cette dernière puissance ». L’Allemagne vient de déclarer la guerre à la France.

 

 
Partage